Vitoria-Gasteiz, capitale du Pays Basque

Nous avons consacré une partie de notre dernier jour au Pays Basque espagnol à visiter sa capitale, Vitoria-Gasteiz. Si Bilbao et San Sébastian sont rivales depuis des siècles, Vitoria connaît un essor relativement récent. Il a fallu attendre 1980 pour que Vitoria sorte de sa léthargie : le 23 mai, le Parlement basque l’élit capitale de la Communauté autonome. Depuis, elle connaît une expansion étonnante et accueille le Parlement et le gouvernement, les administrations centrales, et les sièges sociaux des grandes entreprises. Ce qui n’enlève rien à son charme. Vitoria est une ville très agréable avec un quartier médiéval, deux belles cathédrales, de nombreux musées et espaces verts; chaque été, plusieurs festivals y sont organisés.

La veille ville

Maisons médiévales et palais Renaissance racontent son passé de ville florissante tandis que tavernes et commerces en font un lieu animé. Les noms des rues datant du Moyen-Age évoquent encore aujourd’hui  les corps de métiers qui y étaient représentés : Zapateria (cordonnerie), Herreria (forge), auxquels se sont rajoutés Cuchilleria (coutellerie) et Tintoreria (teinturerie).

La place de la Vierge blanche, si elle ne fait pas partie historiquement de la veille ville, est l’épicentre de Vitoria, assurant la jonction entre les artères modernes et le Casco Viejo. Le lieu honore la Vierge blanche qui occupe une place importante dans le cœur des habitants et ce, depuis la fondation de la ville par Sanche VI le Sage. Devenue sainte patronne de la ville au 19e siècle, elle est couronnée « reine de la cité » en 1954. Le 4 août a lieu en son honneur le défilé des faroles.

Spacieuse, parfaitement restaurée, la place de la Vierge blanche est entourée de hautes maisons étroites en pierre ornées de bow-windows d’un blanc étincelant. Au centre de la place, en souvenir de la victoire contre Napoléon en 1813, s’élève une statue équestre de Wellington accompagné du général Alava.

Dominant la place, l’église  San Miguel s’élève au sommet des escaliers. Ici se trouve la statue de Celedon, personnage célèbre des fêtes patronales de Vitoria Gasteiez.

La ville moderne

Par la place de la Vierge blanche et la place d’Espagne, on rejoint les rues piétonnes et commerçantes, l’agréable parc de la Florida, les paseos plantés d’arbres et les différents musées d’art. Carrée, bordée d’arcades, la place d’Espagne a été conçue au 18e siècle, lors des grands travaux d’urbanisation et servit ensuite de modèles à d’autres villes (Estella, Bilbao, San Sebastian…).

Le parc de la Florida, né au début du 19e siècle, est un lieu de promenade très agréable en plein centre-ville, avec ses kiosques à musique et son jardin botanique planté d’espèces exotiques.  A noter qu’avec ses 40 parcs, 200 000 arbres et arbustes, Vitoria se place en tête des capitales européennes pour son taux d’espaces verts par habitant.

Sources : Guides bleus et vert du Pays Basque

Voyage au Pays Basques espagnol :

 

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s