Tokyo, capitale du Levant

Tokyo. C’est ici qu’a débuté en 2010 notre voyage de noces au Japon. Trois semaines d’enchantement, de la capitale tentaculaire du Levant aux monastères bouddhistes de Koya San, des temples de Kyoto au mémorial de la paix à Hiroshima.

Tokyo, un village de pêcheurs

Fin du 15e siècle. Edo est un village de pêcheurs. Ota Dokan y érige alors un premier château. En 1603, Edo devient le siège du gouvernement militaire des shoguns. La ville se développe. Elle compte déjà près d’un million d’habitants sous l’égide du 8e shogun Togugawa Yoshimune (1684-1751), alors que des catastrophes surviennent régulièrement, à l’image du terrible incendie de Meireki qui ravagea 60% de la cité en 1657. Le 13 septembre 1868, sous l’ère Meiji, Edo devient la capitale du pays ; elle est rebaptisée Tokyo, littéralement la « capitale de l’est ».

Le séisme de 1923 jette Tokyo à terre : 140 000 disparus, 300 000 maisons détruites. A peine relevé, un quart de la ville est rasé par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. La guerre achevée, la population de Tokyo tombe à 3,5 millions d’habitants ; deux fois moins qu’en 1940.

Les Jeux Olympiques de 1964 lui redonnent un premier souffle. Dans les années 1980, le Japon devient la deuxième puissance économique du monde. Les yeux sont alors braqués sur sa capitale. Chaque quartier veut son étendard, son gratte-ciel. On continue de construire ; 30% de ses bâtiments surgissent après 1985. Tokyo compte aujourd’hui plus de 13 millions d’habitants.

tokyo-panorama

Tokyo, d’Asakusa à Akihabara (Jour 1)

Nous avons choisi de débuter la visite de Tokyo par le quartier d’Asakusa qui abrite Senso-Ji, le plus vieux temps bouddhiste de la ville. Situé au nord-est de Tokyo, ce quartier était sous l’ère Meiji l’un de ces fameux sakariba, lieux animés et très convoités des habitants voulant échapper le temps d’une soirée au carcan rigide et stratifié qu’est alors la société japonaise. Artistes, intellectuels, écrivains déambulent avec bonheur dans ce quartier populeux où « l’on y voit, à nu, palpiter tous les désirs » (Kawabata, Chronique d’Asakusa). Réduit en cendres pendant la Seconde guerre, le quartier a été entièrement reconstruit mais sans perdre sa taille humaine : ruelles étroites, maisons basses qui s’organisent autour du temple.

Le temple Senso-ji

La « Porte du tonerre », la Kaminari-mo, marque l’entrée conduisant au Senso-ji. Les divinités de la foudre et du vent qui flanquent ses deux piliers vermillon ont pour charge d’effrayer les démons. Passé la porte, l’allée piétonne Nakamise-dori, est jalonnée d’échoppes et de lanternes en papier.

Tokyo-temple-senso-ji

Ce temple, le plus ancien de la ville, a été fondé au 7e siècle par deux pêcheurs qui auraient remonté dans leur filet une petite statue en or de Kannon. Cette divinité est l’avatar féminin du dieu hindouiste asexué Avalokitesvara, terme signifiant le « Seigneur qui regarde d’en haut », c’est-à-dire vers le bas, avec commisération. Détruit pendant la seconde Guerre, l’édifice actuel date seulement de 1958.

Le Parc de Ueno

Le plus grand parc de Tokyo est aussi le plus ancien des jardins publics du Japon. C’est également le parc des musées et des expositions temporaires. Un incontournable : le musée national de Tokyo, le plus vieux (1872) et le plus grand des musées japonais (environ 110 000 pièces, 87 trésors nationaux).

tokyo-parc-ueno

Le quartier d’Akihabara

De la pointe sud du parc de Ueno, la Chuo-dori descend jusqu’à Ginza. En chemin, elle traverse sur plus d’un kilomètre de long la ville électrique d’Akihabara, royaume de l’électronique.

tokyo-quartier-akihabara

Dès les années 1930, les premières machines à laver font ici leur apparition. Puis, au début des années 1960, c’est au tour des postes de télévision, fours à micro-ondes, consoles de jeux vidéo… A chaque décennie son lot de nouveauté. Akihabara est également devenu la « Mecque » des mangas ».

tokyo-quartier-mangas

Sources :

  • Japon, Lonely planet, 2008.
  • Japon, National Geographic.
  • Japon, Guide vert, 2009.
  • Sabouret Jean-François, Japon, peuple et civilisation, La découverte, 2004.

A lire aussi : 

Publicités

9 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s